FAQ – La Bibliothèque Virtuelle Distribuée Genevoise

Posted: February 4, 2011 in En Français

[english version is there]

Des vrais livres dans le cyber-espace. David Billard, 03/02/2011.

Qu’est-ce que la bibliothèque virtuelle distribuée genevoise ?

Il s’agit d’une bourse d’échange mariée à une bibliothèque.

Mais quesskidi ?

Depuis tout petit, je lis. Beaucoup. J’emprunte des livres à la bibliothèque, ou j’en achète. Et les livres que j’achète, je les conserve. Au début c’était un rayon d’étagère dans une chambre d’étudiant, puis les livres ont colonisé les autres rayons, les autres étagères, les valises, les cartons, que sais-je encore. Je suis maintenant submergé de livres, je n’ai plus de place où les ranger ces satanés bouquins. Ils m’envahissent. Je dois trouver une solution.

Mais que ne les brûles-tu pas ?

Et bien non, je n’arrive pas à m’en séparer, c’est plus fort que moi. C’est vrai, pendant un temps, le temps de sa lecture, j’ai eu une relation avec ce livre, ce serait trop cruel de le jeter.

Ben fais-en un don alors.

Mais les bibliothèques ont déjà leurs propres collections, un espace limité, et n’acceptent pas les livres dans n’importe quel état.

Comment ça marche ?

J’ai un livre, le le mets à disposition dans la bibliothèque virtuelle. Une autre personne veut lire le livre, elle me contacte par email, on se donne rendez-vous, et elle devient le détenteur du livre. Si une troisième personne veut lire le livre, elle contacte par email le détenteur du livre qui lui donne rendez-vous etc.

Quel intérêt par rapport à une vrai bibliothèque ?

  • L’espace de stockage est réparti entre les différents usagers de la bibliothèque. Il s’agit d’une bibliothèque peer-to-peer 🙂
  • Il n’y a pas besoin de personnel pour gérer les livres, chaque détenteur de livre gère le livre lui-même : il est en même temps « emprunteur », « donateur » et « bibliothécaire ».
  • Il n’y a pas à gérer de date de retour, car tant que le livre n’est pas réclamé, il est conservé par le détenteur. Si ce dernier n’en veut plus, il lance un appel aux (vraies) bibliothèques, librairies et au propriétaire initial. Si personne ne répond au bout d’un temps fixé, le livre peut être détruit par son détenteur. Oui, je sais, c’est dur.

Combien ça coûte ?

Le prêt du livre est gratuit. La plateforme informatique devra trouver un modèle économique viable.

Ca fonctionne aussi pour les e-books ?

Oui, pour autant que l’e-book puisse être transféré sur un lecteur compatible.

Quel rapport avec une bourse d’échange ?

Et bien on échange des livres contre d’autres livres. La différence est que l’on est pas limité par le temps de la bourse d’échange et que l’on a un index de tous les livres présents dans la bibliothèque.

Pourquoi genevoise ?

Parce que ça fonctionnera mieux si les gens ne sont pas trop éloignés les uns des autres. Et pour l’instant le public visé est centré sur Genève au sens large (la France voisine est inclue).

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s